Sécurité automobile, où en sommes-nous

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait paraître dernièrement un bilan mondial sur la sécurité routière de 178 pays dans lequel elle affirme que les accidents de la route causent tous les ans des millions de décès et 20 à 50 millions d’accidents non graves. Plus de 90 % des accidents ont lieu dans des pays où les salaires ne sont pas élevés et dont la population est supérieure à l’entreprise automobile mondiale.

L’évolution de la sécurité automobile

L’ABS sécurise le freinage

Les progrès enregistrés dans le futur dans le domaine de la sécurité routière auront moins de répercussions sur les d’accidents. En effet, tous le moyens développés dans électronique, le travaille des constructeurs automobiles et l’utilisation d’équipements neufs ont donné naissance à des outils très modernes qui devraient être placés dans les voitures. L’ABS est l’équipement de sécurité le plus connu. Son efficacité est connue partout dans le monde car elle permet d’éviter que les roues se bloquent lorsque le conducteur freine de façon sec. Les constructeurs automobiles essaient de trouver une solution en mettant en place des systèmes qui agissent rapidement et qui cachent les faiblesses du conducteur en le remplaçant par une technologie qui évite tout choc sans que le conducteur ait besoin de solliciter sèchement les freins du véhicule.

L’airbag : la protection anti-chocs

Depuis plusieurs années, l’entreprise automobile a beaucoup évolué, surtout dans le domaine des « airbags » ou des ceintures à prétensionneurs. Elles mettent le conducteur en sécurité en le protégeant de tout choc. Sur des voitures de modèles cabriolets, des arceaux sont placés derrières les sièges et se soulèvent très vite lorsque l’appareil de mesure averti d’un danger imminent. Les créateurs automobiles essaient de trouver des systèmes plus sécuritaires et efficaces. Beaucoup de progrès ont été faits grâce aux nombres importants des coussins gonflables. Ils sont passés de deux à huit en quelques années. Désormais, toutes les voitures qui sortent de l’usine possèdent des airbags.

Et côté piéton: qu’en est-il ?

Les piétons sont moins en sécurité que les automobilistes. Les nouvelles lois en matière de sécurité prennent en considération les dégâts occasionnés lors d’un accident brutal. Ces modifications ont poussé les créateurs de voitures à créer des capots et des boucliers capables de supporter les chocs afin d’éviter aux piétons de subir des dommages corporels. Certaines voitures possèdent des déclencheurs pyrotechniques qui relèvent de quelques centimètres le capot lors d’un accident, permettant au piéton de subir le choc accidentel.

Les pare-buffles ne sont pas très bien tolérés par les constructeurs automobiles. Cela est dû aux conséquences qu’ils peuvent avoir sur les piétons en cas d’accident.

Les véhicules : cause des accidents sur les piétons ?

Le rapport qui existe entre la voiture et la sécurité sur la route ne doit pas se contenter d’évaluer et mesurer la sécurité du véhicule seulement, mais aussi de déterminer le rapport qui existe entre les véhicules et les accidents. De ce fait, des véhicules capables de transporter plusieurs passagers sont très mal acceptés, car le conducteur n’a pas une très bonne visibilité. Mais c’est surtout leur aspect en cas d’accident avec une voiture souple ou un usager peu vigilant qui leur est reproché.

Les véhicules lourds seraient-ils pointés du doigt ?

Les véhicules pesants ont des conséquences plus importantes sur les véhicules légers, et cela, même s’ils roulent à la même vitesse. Le danger que représente ce type de véhicule pour les usagers, et surtout les piétons : leur attitude sur les routes présente un plus grand risque d’entrer en collision avec un piéton dans les zones où la vitesse est plus faible que 60 km/h.

Ce problème a fait l’objet d’analyses et de tests qui ont été faits par l’EuroNCAP. Les usages de ces véhicules sont perçus comme des personnes qui mettent en danger la vie et la sécurité des piétons. Des scientifiques se sont opposés à cette idée. Les utilisateurs et les propriétaires de ces voitures disent que leur comportement sur la route ne menace en rien la vie des piétons. On ne peut pas empêcher un individu de circuler sur les routes : seule sa responsabilité doit être engagée. Néanmoins la question suivante peut-être soulevée : que font les gouvernements font pour assurer la sécurité des piétons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *